L’histoire se répète : la marque de voitures électriques Fisker est en détresse

Score du Deal0
Score du Deal0

Fisker Ocean

Le SUV électrique Fisker Ocean.

© Fisker Inc.

Henrik Fisker, célèbre designer automobile qui a travaillé pour des marques telles que BMW, Aston Martin ou encore Tesla, s’est fixé la lourde tâche de concurrencer cette dernière sur le créneau des voitures électriques haut de gamme. Il a ainsi lancé en 2007 le constructeur Fisker Automotive, qui a produit de 2011 à 2012 un seul véhicule, la grande berline électrique à prolongateur d’autonomie Fisker Karma.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Malgré des arguments majeurs tels qu’un design envoûtant et une recherche d’éco-conception louable, la Karma pêchait sur des points cruciaux tels que l’habitabilité et le volume de coffre. Surtout, l’expérience qu’ont connue bon nombre de clients a été tout bonnement catastrophique, avec des dysfonctionnements à répétition, notamment électroniques.

L’aventure s’est finalement arrêtée pour Henrik Fisker avec la faillite de Fisker Automotive, dont les actifs ont été rachetés par le chinois Wanxiang Group en 2014. Via la marque Karma Automotive, le groupe essaie depuis d’apporter des modifications profondes à la Karma pour la rendre enfin attrayante, tant bien que mal.

Mêmes erreurs, même destin ?

Mais Henrik Fisker n’avait pas dit son dernier mot, et a de nouveau lancé en 2016 un constructeur automobile baptisé Fisker Inc. Cette fois, il a voulu s’attaquer au Tesla Model Y avec un SUV 100 % électrique grand public, comportant de nombreuses spécificités lui permettant de se distinguer.

Toutefois, il semblerait qu’Henrik Fisker n’ait pas tiré les leçons de ses erreurs. Ainsi, en cherchant à respecter coûte que coûte les délais annoncés, la sortie du SUV Ocean semble avoir été quelque peu précipitée. Malgré des turbulences qui ont déstabilisé l’industrie automobile dans son ensemble, Fisker est finalement parvenu à livrer ses premiers Ocean avec « seulement » six mois de retard.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

L’Ocean comporte certes de nombreuses bonnes idées, mais Henrik Fisker a une nouvelle fois négligé l’importance de livrer des voitures au développement abouti à ses premiers clients. Les premiers exemplaires de l’Ocean comportaient de nombreux problèmes logiciels, au point que le régulateur de vitesse adaptatif était par exemple absent et seulement promis via une future mise à jour à distance (OTA).

Arrière Fisker Ocean

Le SUV électrique Fisker Ocean.

© Fisker Inc.

En raison des déboires rapportés par la presse, le YouTubeur MKBHD, ou encore l’association Consumer Reports, très influente outre-Atlantique, et d’une communication de crise qui a manqué de transparence, le cours de l’action Fisker a dégringolé et la production de l’Ocean en Autriche a été suspendue mi-mars.

S’il restait une lueur d’espoir liée à la volonté supposée de Nissan d’investir dans la marque, elle s’est éteinte avec l’annonce par Fisker de l’abandon des négociations avec un « grand constructeur automobile ».

Lors de son IPO en 2020, Fisker Inc. valait 2,9 milliards de dollars, mais sa capitalisation boursière vient de passer sous les 50 millions de dollars. L’action du constructeur a même été radiée de la Bourse de New York le lundi 25 mars 2024.

Fisker cherche donc de nouveaux investisseurs en urgence et invite à ne pas parler de faillite trop rapidement. Malgré tout, cette perspective semble de plus en plus probable. « Je ne peux pas dire si c’est la semaine prochaine ou l’année prochaine, mais c’est inévitable », estime Thomas Hayes, président du fonds d’investissement Great Hill Capital, cité par Automotive News.

Les véritables startups de voitures électriques, celles qui ne sont pas lancées par des géants chinois, n’ont pas la vie facile. Malgré l’enthousiasme des marchés financiers à chercher le nouveau Tesla, leur soutien se tarit souvent dès que des déboires (presque inévitables) pour passer du concept à la production en série se produisent. Tesla était passé par là, même Bill Gates ayant parié contre Elon Musk ; toutefois, le constructeur a finalement fini par se sortir la tête de l’eau. Pas sûr qu’il en soit de même pour Fisker et son Ocean.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Source link

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Bon plans French
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0
Shopping cart